(en)

Le site français 01Net a posé quelques questions à John Carmack pour savoir, tout simplement, pourquoi les jeux id Software étaient des FPS à vue subjective…
Un extrait à propos de Wolf3D :

01Net : pourquoi avoir choisi la vue à la première personne du temps de Wolfenstein 3D et Doom ?

John Carmack : d’abord, je voulais faire quelque chose en 3D. Depuis nos tous premiers jeux, avant même Wolfenstein 3D, en regardant les gens jouer, il semblait évident que vous n’aviez pas le même niveau d’engagement et d’immersion avec un jeu 2D. Pour nous, il semblait naturel de suivre les pas de la réalité virtuelle de l’époque et de placer le joueur en plein cœur de l’univers et de l’action. Désormais, il y avait la surprise de tourner dans un couloir et de voir quelque chose surgir. Certains joueurs tombaient de leur chaise, sursautaient ou retenaient leur souffle. Des réactions que ne provoquaient pas les jeux à ce moment-là !
Depuis cette époque, je suis convaincu que pour accroître l’impact cinématographique, la vue à la troisième personne est la meilleure solution. Vous pouvez recourir à tout l’arsenal d’effets des réalisateurs de cinéma, mais pour l’expérience de jeu la plus saisissante, la vue à la première personne reste inégalée.

Par de révélations fracassantes, mais quelques lignes assez intéressantes sur les coulisses de ces grands jeux.

Leave a Reply