A new Wolfenstein game soon?

Some websites like VG24/7 have spotted on a CV of an “ADR Engineer” (removed since – but still in Google cache) an entry mentioning a new game called “Wolfenstein” and foreseen for 2013, and developed by Zenimax Sweden (note that id Software is also part of the Zenimax group). This will revive rumors of a new Wolfenstein game, even if the 2009 installment was not well received…

Website restored

As you might have seen, the website has been restored on a new OVH server – it was at NoFrag before, who seems to have lost a server w/o having any DB backup… You’ll find the news util the last backup from 2011, and new ones from today. Have a good reading!

Wolf3D dans votre navigateur web

Le programme DOSBox est très connu pour permettre de lancer d’ancien jeux DOS sur nos machines modernes, comme Wolfenstein 3D. Des passionnés ont porté ce programme sur la plateforme Java, sous le nom jDOSBox, en permettant à n’importe quel site de lancer un jeu DOS via une applet java dans le navigateur web.
Le site RGB Classic Games en a profité pour proposer bon nombre de sharewares de jeux classiques de l’époque DOS, dont Wolfenstein 3D (mais aussi Warcraft 1, Doom, Duke Nukem II, …), directement jouables via le browser web.
Malgré des contrôles à la souris assez chaotiques (le pointeur sortant régulièrement de la fenêtre de l’applet), le jeu est parfaitement jouable, et vous permettra de revivre avec nostalgie cette époque épique !

id Software va déménager

Le studio id Software va bientôt déménager et s’installer dans de nouveaux locaux de 5300 m², quittant ainsi son siège historique de Mesquite pour la ville de Richardson, à 30 km de là, toujours dans la banlieue de Dallas, aux USA.
Cela est rendu nécessaire par la forte croissance de la société ces dernières années (depuis son rachat par ZeniMax Media en 2009), qui est passée de 85 personnes avant ce rachat, à 170 cet été, et 250 maintenant.
La société va ainsi devenir voisine de Nerve Software (avec laquelle elle avait collaboré sur le mode multi de Return to Castle Wolfenstein), et être à proximité de Gearbox Software (qui finalise Duke Nukem Forever).


Le bâtiment où siègera id Software, Collins Crossing, à Richardson.

20 ans d’id Software

Ce mois-ci, le studio id Software, créateur des séries mythiques Wolfenstein, Doom, Quake et bientôt Rage, fêtera ses 20 ans.

C’est en effet en Février 1991 que John Romero, John Carmack et Adrian Carmack (sans lien de parenté) fondèrent le studio id Software, après leur départ de l’éditeur SoftDisk.
Ensuite, Tom Hall les rejoindra pour former la dream team qui créera la série Commander Keen et Wolfenstein 3D, qui connaitront le succès grâce au tout nouveau système de distribution en shareware (logiciel gratuit en partie, payant pour sa version complète) – créé par Scott Miller et George Broussard d’Apogee (renommé plus tard 3DRealms, créateurs de Duke Nukem 3D).

L'équipe d'id Software en 1992, durant le développement de Wolfenstein 3D

Ensuite suivra le déferlement des séries Doom (sans Tom Hall) et Quake (avec un John Romero sur le départ), pour faire de ce studio spécialisé dans les FPS l’un des géants des jeux vidéo modernes.
Parce qu’en plus de leurs propres jeux développés en interne, ils ont également produit bon nombre d’autres jeux via des studios comme Raven Software, Gray Matter, Splash Damage, comme Hexen, Heretic, Return to Castle Wolfenstein, et récemment Wolfenstein.

Mais id Software, c’est aussi un créateur de moteurs 3D de référence, grâce au génie de John Carmack, qui s’apprête à sortir sa nouvelle oeuvre (l’id Tech 5) via Rage, jeu d’action qui lorgne cette fois-ci également vers les courses de voitures.

Racheté en 2009 par l’éditeur ZeniMax pour une très grosse somme, id Software reste un développeur indépendant qui a pu grossir pour s’investir également dans les jeux pour téléphones mobiles, de Wolfenstein RPG sur mobiles basiques, aux portages de Wolfenstein 3D puis Doom sur iPhone, en passant par leur dernier exploit, une version iPhone impressionnante de leur prochain jeu Rage, ainsi que sur le web, via Quake Live (portage de Quake 3 sur navigateur web).

Bref, ce studio reste plus que jamais au devant de la scène, et compte bien encore créer de nombreux jeux et moteurs 3D de référence durant les prochaines années, aussi bien sur PC que sur consoles ou téléphones portables, comme l’a fait leur éternel concurrent Epic avec leur moteur Unreal.

Si vous voulez en savoir plus, sachez que l’histoire de ce studio à travers les destins croisés de John Romero et John Carmack est racontée dans le livre “Master of Doom” (“Les Maitres du Jeu vidéo“, en Français).

John Romero, justement, a posté aujourd’hui un message où il y décrit les débuts de ce studio :

Quand John Carmack, Adrian Carmack et moi-même avons officiellement démarré notre premier jour de travail dans la maison du lac de Cross Lake à Shreveport, en Louisiane, nous n’avions absolument pas conscience que notre studio serait toujours là vingt ans plus tard.

Après trois mois, Tom Hall nous a officiellement rejoint en Mai 1991. Il voulait que son passage de Softdisk à id se passe en douceur, donc il est resté pour former son remplaçant. Durant la première année, nous avons passé la majeure partie de notre temps à développer des jeux pour le système d’abonnement Gamer’s Edge de Softdisk, un produit que j’ai lancé pour ensuite l’abandonner lorsque SoftDisk ne pouvait plus nous garder.

Dans cette première année, en 1991, nous avons créé “Shadow Knights”, “Dangerous Dave in the Haunted Mansion”, “Rescue Rover”, “Hovertank One”, “Rescue Rover II”, “Keen Dreams”, “Commander Keen: Secret of the Oracle”, “Commander Keen: The Armageddon Machine”, “Commander Keen: Aliens Ate My Baby Sitter!”, “Catacomb 3D”, et “Tiles of the Dragon”. Onze jeux en une seule année ! Sans compter les jeux de la série Keen, Softdisk nous a payé 5000 dollars pour chaque jeu. Heureusement que notre première trilogie “Commander Keen” rapportait de plus en plus d’argent chaque mois, sinon notre destin aurait certainement été tout autre. (Dans les couloirs d’id Software, on peut toujours trouver certains de ces jeux sont en exposition)

Lorsque nous avons commencé le développement de Wolfenstein 3D en Janvier 1992 (à Madison, dans le Wisconsin), nous avions toujours un jeu à faire pour Softdisk, mais nous n’avions pas vraiment envie de nous en occuper. Le résultat de ce difficile travail fut le rare et obscur jeu “ScubaVenture: The Search For Pirate’s Treasure”, qui utilisait notre moteur 3D du moment ! (sachez que le nom de ce titre venait du jeu “ScubaVenture”, créé en 1983 par l’un de mes modèles en programmation, Nasir Gebelli)

Cette première année fût la dernière où nous fûmes si prolifiques. Au fur et à mesure que la complexité et la qualité de nos jeux grandissait, leur temps de développement suivait le même chemin. Wolfenstein 3D fût terminé en 6 mois, quand il fallut un an pour finir Doom, et 18 mois pour Quake. Entre deux, les suites que nous développions prenaient moins de temps (Spear of Destiny, 2 mois, Doom II, 8 mois), car elles étaient basées sur un code déjà existant.

20 ans, waw. C’est impressionnant, et c’est dû en grande partie aux efforts dantesques de John Carmack et Kevin Cloud, qui sont toujours à id Software aujourd’hui. Puisse ce studio vivre encore 20 ans de plus !

Sans rancoeur et avec un peu de nostalgie, John Romero y décrit cette époque où ce groupe de jeunes développeurs passionnés, talentueux et prolifiques, a écrit quelques unes des plus belles pages de l’Histoire du Jeu Vidéo.
D’ailleurs, si vous aimez vous replonger dans cette époque, sachez que Romero, en véritable gardien de l’Histoire du Jeux Vidéo, et surtout d’id Software, publie régulièrement sur son site de nombreux articles sur ce sujet et sur l’actualité.

Voici également deux vidéos culte sur ce studio. La première est un reportage de la CNN lors de la sortie de Wolfenstein 3D, en 1992, avec des interviews des principaux protagonistes de l’époque :

… ainsi qu’une visite filmée du studio lors du développement du jeu Doom, en 1993 :

… une autre en 2010, menée par Tim Willits :

Wolfenstein 1-D

Mike Lacher a des idées originales… Ce développeur a en effet adapté Wolfenstein 3D en… 1 dimension !
Et donc, le premier niveau du jeu est jouable sur une seule ligne, avec des bonus, des ennemis, etc…
Bel hommage au vénérable FPS, à l’heure ou la 3D réelle envahit le cinéma et les jeux vidéo.

La terrible histoire de l’émulateur iDOS !

Il y a quelques jours, une application très intéressante est apparue sur l’AppStore d’Apple : iDOS.
Cet émulateur permettait simplement de faire tourner le vénérable système DOS sur l’iOS (et donc, par exemple, un iPhone), et d’y exécuter toutes sortes d’applications créées à l’époque pour ce système, dont Wolfenstein 3D.

Ce dernier était même installé comme application par défaut, en compagnie de Duke Nukem 3D. De nombreux internautes ont alors tenté toutes sortes d’installation, et certains ont même réussi à installer Windows 3.11, Warcraft II, ou même Windows 95 sur leur iPhone via cet émulateur !

Mais Apple n’a pas tardé à retirer l’émulateur de l’AppStore, comme cela avait déjà été fait avec l’émulateur pour Commodore64, C64 (qui est finalement revenu sur l’AppStore).
Toutefois, l’application pourrait toujours être installable via Cydia, sans devoir jailbreaker son téléphone… Quelle histoire ! ^^

Rétrospective vidéo de Wolfenstein

Le site InsertCo(i)ns a publié une rétrospective vidéo du jeu Wolfenstein, dans laquelle il font un mini test vidéo du jeu, que vous pouvez voir en action avec leurs commentaires.

Le jeu subit un jugement assez mitigé des testeurs, comme cela a été le cas sur de nombreux sites. D’autres, comme moi, ont vraiment apprécié ce jeu et se sont bien amusés dessus, même s’il aurait mérité une qualité un cran supérieure, et un mode multijoueur plus stable et mieux travaillé (comme pour RtCW et surtout Wolf : ET).


Wolfenstein sur xbox 360 par Tof’ & xghosts – INSERT COiNS
envoyé par xghosts. – Cliquez ici pour plus de vidéos de jeux sur console et PC.